Livraison à Cherbourg de la vedette de pilotage STP 120 IPS

La CH 4, nouvelle vedette des pilotes de Cherbourg, a été livrée le 22 mai 2014

Projet développé avec l’architecte Pierre Delion. Ce projet a été lancé en 2013 avec l’idée de concevoir un bateau permettant aux pilotes de réduire leurs coûts, tant à l’achat qu’en exploitation. L’objectif principal est de disposer d’un bateau de moins de 12 mètres et 20 UMS de jauge, seuil à partir duquel les contraintes administratives sont plus fortes et nécessitent notamment des matériels et certifications supplémentaires. C’est pourquoi de nombreuses stations se sont équipées de petites pilotines. Mais ces bateaux légers ont des capacités limitées lorsque la météo se dégrade et ne peuvent dès lors être utilisés en permanence. Nous avons donc fait en sorte de concevoir une pilotine plus lourde avec une carène spécialement dessinée pour affronter des mers formées, de manière à ce qu’elle offre une plage d’utilisation plus large avec les qualités marines nécessaires à ses missions.

La timonerie de la CH 4 (© SIBIRIL TECHNOLOGIES)

Le compartiment machine de la CH 4 (© SIBIRIL TECHNOLOGIES)

Essais réussis dans des conditions assez rudes

Longue de 11.97 mètres pour une largeur de 3.73 mètres et un tirant d’eau de 0.95 mètres, la nouvelle pilotine cherbourgeoise, homologuée pour transporter six personnes, présente une jauge de 13.7 UMS et un déplacement à pleine charge de 11.8 tonnes. Dotée de deux réservoirs à carburant de 650 litres chacun, elle est équipée de deux moteurs Volvo D6 330 couplés à deux pods IPS 1, avec une puissance cumulée de 660 cv permettant d’atteindre à mi-charge la vitesse de 31.5 nœuds.

La CH 4 lors de ses essais (© SIBIRIL TECHNOLOGIES)

Les pilotes cherbourgeois « vraiment très contents »

Après deux jours d’essais, la CH 4 a été officiellement livrée à la station de pilotage de Cherbourg, où elle a été convoyée le 23 mai. Et depuis son arrivée à pointe du Cotentin, la vedette ne chôme pas : grands porte-conteneurs et supertankers servis au large pour le pilotage hauturier ; cargos, caboteurs et ferries assistés pour les manœuvres portuaires… En quelques jours, la nouvelle pilotine cherbourgeoise s’est déjà constituée un joli palmarès. Ses nouveaux propriétaires l’utilisent en permanence pour se faire la main sur ce nouvel outil, qui leur donne manifestement entière satisfaction : « Nous sommes vraiment très contents de cette pilotine. Pendant les essais, nous l’avons poussée dans ses limites et elle n’a pas été mise en défaut. Pierre Delion a dessiné une très belle carène et nous nous sommes vite rendu compte qu’elle passait très bien la mer. C’est un bateau robuste avec un échantillonnage très structuré. C’est très important pour nous car à Cherbourg, nous n’avons pas toujours des conditions météorologiques très clémentes, l’environnement est assez rude, il y a beaucoup de courant, avec des mers courtes et dures. Bref, il nous faut du solide ! », explique Jean-Charles Le Mignant, président de la station.

Les CH 2 et CH 3 aux côtés de la nouvelle CH 4 à Cherbourg (© PIERRE DELION)

« Cette carène devrait intéresser d’autres stations »

Ce qui a séduit les Cherbourgeois, qui disposaient jusque là de deux vedettes de 14.5 mètres, les CH 2 et CH 3 (mises en service en 1987 et 1997), c’est la possibilité de disposer d’un bateau plus compact avec des capacités d’emploi comparables. « Nous cherchions un modèle plus petit et moins lourd que nos 14 mètres 50. Comme ailleurs, nous sommes en effet confrontés au coût de l’énergie, qui nous incite à aller vers des bateaux moins lourds. Pour autant, nous n’avons pas voulu une vedette légère, que nous n’aurions pu utiliser que par beau temps. Il nous fallait un outil avec des frais d’exploitation réduits mais suffisamment performant pour être utilisé au maximum et, finalement, faire la même chose que nos grosses unités. C’est le cas avec la CH 4, dont la coque et la machine sont optimisées et qui est en plus bien agencée et proportionnée », explique Jean-Charles Le Mignant, qui apprécie par ailleurs la présence sur le nouveau bateau de deux plateformes dotées d’enfléchures, qui améliorent la sécurité des pilotes durant les phases de transfert.
Manifestement ravi de son nouveau bateau, le président de la station cherbourgeoise est persuadé que le design développé par Sibiril Technologies va faire des émules. « Je pense que notre pilotine devrait avoir des petites sœurs car sa carène et ses performances vont forcément intéresser d’autres stations ».